L'atelier d'écriture 170 de Leiloona- La plainte d'un poète

Publié le par victor

L'atelier d'écriture 170 de Leiloona- La plainte d'un poète

Je me dirige vers cette grande roue seul. J'étais censé y aller avec ma femme et mes enfants. Finalement je m'y rends seul. Mais après tout ne suis-je pas un grand enfant ?

Je regarde un peu autour de moi. Des vers me montent dans la tête :

"Paris

O toi Paris

La Seine coule en ton coeur

La tour Eiffel

Grande, forte, parfaite

Toi Paris... "

Non en fait, grand poète que je suis, je vais plutôt exprimer mon vrai point de vue sur cette ville... spéciale... et ses environs.

Il y a plus de sièges sociaux d'entreprises et de patrons « pétés de tunes » que d'écoles. Total, EDF et j'en passe... Tout cela concentré dans le quartier d'affairesde la défense. Plein de gratte-ciel, de personnes en trainde parler au téléphone, toujours pressées par le temps. Ils ne prennent même plus le plaisir de partager un repas. A Paris, il y a aussi la tour Montparnasse. Oui, celle qui gâche la vue sur les fameux toits gris. Un des monuments phare de la capitale, c'est évidemment... le musée du Louvre. Avec ses magnifiques tableaux signés par Pablo Picasso ou Andy Warhol. Paris est aussi recouvert en permanence d'un magnifique nuage couleur gris dû à la pollution des voitures. Le périphérique de Paris est à lui tout seul un musée : des dizaines de tags recouvrent les murs anti-bruit.

Voilà comment est Paris pour moi Fred alors que je me dirige vers la grande roue.

Ce texte est écrit avec humour. Je n'ai rien contre les parisiens. Cordialement.

Publié dans écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Paris c'est ça aussi, ce décalage, entre le rêve et la réalité !<br /> Bises
Répondre
S
On s'attend à la douceur et au rêve au début du texte. Le contraste est d’autant plus marquant.
Répondre
V
Merci ;)
Répondre
S
J'aime l'effet de contraste ménagé par ce texte.
Répondre
V
Peut-être...
Répondre