Un de perdu, la critique

Publié le par victor

Résumé : Enzo a 12 ans et se dit que ses parents le négligent : ils l'oublient depuis qu'il est petit, et ne font pas attention à lui. Mélanie quant à elle, est inconsolable depuis la disparition de Clément, son fils, un jour de fête.

Commentaire : Quand j'ai lu le résumé, voilà la réflexion que je me suis faite "oh, mais l'histoire est déjà toute écrite, Enzo est Clément".

Eh bien non. C'est cela qui est très fort de la part de l'auteur. Pendant tout le roman, l'intrigue principale est de savoir quels liens unissent Clément et Enzo.

Il dresse donc un portrait d'Enzo qui ressemble étrangement à Clément.

On se glisse dans le mental d'Enzo, délaissé par ses parents depuis tout petit.

Un point m'a également troublé. La narration de Mélanie se déroule après celle d'Enzo. Il faut s'habituer à ce type de narration.

Puis la fin des 81 pages arrivent. L'intrigue est entièrement relevée dans le dernier paragraphe. Toutes nos interrogations sont résolues.

Je trouve que le plan qu'Enzo met en place est très bien pensé. Peut-être l'a-t-il trouvé plutôt rapidement.

En bref, un très bon roman de Gilles Abier.

Barème :

Les personnages 4/5

Les lieux 3,5/5

L'additivité 4/5

L'originalité 4/5

Note : 15,5/20

Un de perdu, la critique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article