Pépites de Anne-Laure Bondoux, la critique

Publié le par victor

Résumé : Bella Rosa est une jeune fille rousse resplendissante à la poitrine phénoménale. Pourtant, depuis sa naissance, sa vie n'est qu'une calamité. Entre famine, catastrophe naturel, la fuite de sa mère, la jeune n'a presque jamais connue le bonheur. Alors, quand la guerre arrive, elle décide de partir, avec son père Lom'pa, ses casseroles et sa carriole à la découverte de l'ouest...

Introduction : Une magnifique découverte que ce roman...

Commentaire : Ayant beaucoup entendu parler de cette auteure ces derniers temps, je décide donc de lire un premier roman signé de sa plume. Ce qui m'a tout d'abord frappé, c'est son écriture. Pour écrire un roman à l'époque du far-west, elle a dû s'adapter, utiliser le bon type de language, le bon décor... C'est cette particularité qui m'a interpellé. D'abord le language. Ce language n'est pas vulgaire mais pas non plus d'actualité (je pense que certains parlent plus mal aujourd'hui). Beaucoup d'apostrophes, de comparaisons étonnantes, des mots jamais entendus... Cela m'a en premier lieu perturbé mais je dois tiré mon chapeau à l'auteure car cela permet un réel plongeon dans le livre. Ce qui favorise aussi cette immersion, ce sont les décors. On pourrait imaginer très facilement une ville stéréotypé, les saloons, les cow-boys virils se livrant bataille pour une jeune peau-rouge. Eh bien non. Chaque villes, chaque quartiers, tout a une particularité, quelque chose qui lui ai propre. Cet univers rude, dans lequel la loi du plus fort règne, cette dur réalité est décrite à merveille par Anne-Laure Bondoux. On s'y croirait.

Je vais maintenant parler de l'intrigue. En fin de compte, plus j'y reflechis et plus je me rends compte qu'il y a plusieurs intrigues. À chaque ville où la carriole s'arrête, il y a des surprises et des rebondissements. Et chaques rebondissements en amène d'autre, puis une question prend petit à petit forme, menant à une reflexion de Bella Rosa, etc... J'ai beaucoup apprécié les personnages de cette oeuvre. Ils ont un caractère bien à eux. Belle Rosa, la fille intrépide en quête de nouveauté et de bonheur, Lom'pa, le vieux handicapé qui noi ses journées sous un flot d'alcool et Jaroslaw, qui sous ses faux airs de gentleman, a un esprit meurtri.

La fin de l'histoire est superbe, elle est amenée subtilement, simplement. Un roman très original par rapport à ce que l'on pourrait voir habituellement. Pépites, c'est tout un univers rude, mais très réaliste et superbe. Pour mon premier roman d'Anne-Laure Bondoux, Pépites est un coup de coeur.

Pépites de Anne-Laure Bondoux, la critique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article