Pagaille à Paris de Anthony Horowitz (tome 4 de la saga des frères Diamant), la critique

Publié le par victor

Résumé : Dans ce quatrième et dernier opus de la saga, les deux frères se retrouvent confrontés à quatre nouvelles enquêtes plus incroyables et énigmatiques les unes que les autres...


Introduction : Un quatrième tome duquel je ressors avec un avis assez... mitigé...


Commentaire : C'est avec ce dernier roman qu'Anthony Horowitz clot la saga des frères Diamant : Un premier tome vraiment excellent, un second très décevant et beaucoup trop prévisible puis un troisième qui m'a redonné l'envie de poursuivre la série. J’entame donc Pagaille à Paris sur mes gardes, sans trop savoir à quoi m'attendre.


Je retrouve avec plaisir Nick et Tim, la fratrie d'enquêteurs de choc. Anthony Horowitz, dans la continuité du livre précédent, a beaucoup plus intégrer Tim aux histoires, ce qui n'est pas pour me déplaire car ce grand dadet reste malgré tout attachant. Je ne me suis pas trop attaché à Nick, le trouvant trop arrogant et méprisant à mon goût. Les autres protagonistes des quatre histoires ne m'ont pas particulièrement marqué, à l’exception de Minerva qui m'a littéralement fait sortir de mes gonds. Comment peut-on être aussi égocentrique et méchante ? Je me le demande encore.


Du côté des histoires, je fus bien surpris de trouver non pas une mais quatre enquêtes différentes. C'est ainsi l'occasion de voir les deux frères évoluer dans différentes situations : la protection d'une star internationale, une enquête sur la mort suspecte d'un bienfaiteur... Cette originalité a apporté de la fraicheur au bouquin, ce qui m'a beaucoup plu. Il y a quand même certaines histoires (notamment la dernière) qui m'ont beaucoup plus marqué que d'autres, encore trop prévisibles à mon goût (la première).


Pour conclure, c'est un dernier tome divisé en quatre qui termine bien la série des frères Diamant. C'est l'occasion de les voir évoluer dans différentes situations. La débilité de Tim apporte une touche d'humour qui fait du bien. Je le préfère définitivement à son petit frère trop arrogant. Certaines histoires sont légèrement en-dessous de ce qu'Anthony Horowitz peut écrire. C'est un bon roman dans l'ensemble.

Pagaille à Paris de Anthony Horowitz (tome 4 de la saga des frères Diamant), la critique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article