Les Substitus tome 1 de Johan Heliot, la critique

Publié le par victor

Les Substitus tome 1 de Johan Heliot, la critique

Résumé : La plupart des humains ont été réduits à l'état d'esclaves simples d'esprit. On les nomme les Substitus. Mais Kia découvre une force nouvelle et étrange qu'aucun autre Sub ne possédait jusqu'alors : Le savoir. Cette nouvelle arme à portée de main pourrait bien rendre leur liberté perdue à tous ces esclaves...


Introduction : Un bon roman de dystopie française qui met en place un monde avec pas mal de potentiel...


Commentaire : Pour tout vous dire, c'est vraiment la phrase d'accroche (On a fait d'eux des ignorants... Elle veut les libérer) qui m'a décidé à prendre ce livre. Il n'est pas rester longtemps dans ma PAL, car j'étais dans une période de dystopie, fantasy, fantastique, fin imaginaire quoi...
Johan Heliot est pour beaucoup l'un des maîtres de l'imaginaire français, de part ses nombreux romans, dont certains sont devenus des classiques de leur genre respectif (La trilogie de la Lune dans le genre de l'uchronie par exemple). Je ne vous raconte donc pas mon étonnement lors de ma lecture des premiers paragraphes... Une écriture plate, molle, le style d'un enfant de CM2 bourré de répétitions... J'étais littéralement dégouté et je ne cessais de me répéter que c'était une blague... Heureusement qu'on comprend bien vite les raisons pour lesquels le début du livre est écrit comme ça. Et avec le recul, je félicite vraiment l'auteur car j'ai vraiment eu l'impression de me retrouver dans la tête d'un jeune de 7 ans, ce qui était le but rechercher justement. Tout le reste du bouquin est beaucoup plus plaisant à lire, et j'aime d'ailleurs particulièrement le style de Johan Heliot, qui nous transporte vraiment dans le monde de Kia, un univers si hostile et cruel où la haine et la discrimination sont omniprésentes. J'ai été plongé du début à la fin du roman aux côtés de Kia, dans sa quête de liberté.


Cette dernière m'a beaucoup fait penser à Katniss. Cette ressemblance va crescendo durant tout le roman, avec l'évolution de la situation de Kia. A part quelques point qui divergent, notamment concernant la maturité des deux (je trouve Kia plus mature que l’héroïne d'Hunger Games, malgré le fait qu'elle soit plus jeune), l'inconscience avec laquelle la Sub se lance dans sa quête de libérer tout son peuple ainsi que quelques différence au niveau du caractère, Katniss et Kia sont toutes deux les déclencheuses d'une révolution sans précédent dans leur monde respectif. L'histoire est raconté à la première personne, du point de vue de la jeune Sub. Les autres personnages (sa mère, sa soeur, Cox...) sont très peu évoqués, pas assez en tout cas pour que je m'attache à l'un d'entre eux.


Avec ce premier tome, Johan Heliot met en place un univers que j'aimerais beaucoup retrouver dans d'autres de ses romans, car pas mal de points restent inexplorés et je trouve intéressant de leur consacrer un one-shot, voir une saga. En tout cas, une bonne partie des révélations concernant l'origine de cette univers arrive vers la fin du roman. Johan Heliot laisse beaucoup de suspens tout au long de son histoire, ce qui a pour conséquence de rendre le lecteur addicte au bouquin. J'ai donc fini ce livre en quelques jours à peine.


L'auteur laisse une fin ouverte et pleins de promesses, qui me rappelle la fin du roman "Un monde pour Clara" de Jean-Luc Marcastel. Et dans les deux cas, je ne vois pas vraiment comment l'auteur va continuer son histoire, et quelle virage va prendre cette dernière.


Les Substitus est un très bon roman de dystopie. Un monde prometteur, une histoire à suspens et addictif. Je ne sais toutefois pas si je lirais la suite car ce premier tome me suffit largement, et ce malgré sa fin ouverte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article