Phaenomen tome 3 : En ces lieux obscures d'Erik L'Homme, la critique

Publié le par victor

Phaenomen tome 3 : En ces lieux obscures d'Erik L'Homme, la critique

Résumé : Après leurs découvertes en Patagonie, Nicolas, Claire, Violaine et Arthur ne savent plus vraiment vers quelle piste se diriger pour découvrir leurs origines. Mais une lettre d'Harry Goodfellow, l'ancien employé de la NASA, pourrait bien tout chambouler...


Introduction : Un troisième et dernier tome riche en révélation, qui conclue merveilleusement bien cette superbe saga...


Commentaire : J'entame ce troisième tome, presque un an après ma lecture du second. Toutefois, je gardais un souvenir fort et précis des romans précédents. C'est donc avec beaucoup d'impatience et de curiosité que je commence ce dernier livre, qui ne m'a pas déçu, loin de là.


Dans ce dernier opus, c'est à mon sens le personnage d'Arthur qui est mis en avant. Plus mature que les autres, il s'affirme ici comme le principal leader du petit groupe. L'auteur nous en apprend plus à son sujet, et notamment sur ses sentiments amoureux. Le lecteur apprend peu à peu à mieux le connaitre, et ainsi à le comprendre et l'apprécier. A contrario, ma grosse déception est Violaine. Elle fait plus office de boulet dans ce tome-ci que de leader comme dans les deux livres précédents. Ses sautes d'humeur et ses airs hargneux et arrogants à la fois l'ont rendu détestable, j'avais carrément envie de la gifler à certains moments pendant ma lecture. Elle m'a fait penser à la Katniss du tome trois d'Hunger Games, c'est vous dire. Nicolas et Claire, quant à eux, suivent le mouvement. On sent chez eux une grande maturité qu'ils ne possédaient pas dans le deuxième bouquin. Cette maturité les rend assez sages, et ils font souvent office d'arbitres pendant les discussions houleuses d'Arthur et Violaine. Ces quatre ados forment quand même un bon groupe. Ils se complètent et s'aident en même temps. Ils ont ainsi tisser une très belle amitié, et ce malgré leurs caractères très différents les uns des autres. J'ai ressenti une pointe de tristesse à l'idée de ne plus croiser leur route lorsque la dernière page du livre fût tournée.


J'attendais des réponses à mes questions. Je les eues. Et de quelle manière ! Je suis époustouflé par la manière avec laquelle Erik L'Homme a construit son histoire. Il utilise beaucoup d'éléments et de personnages historiques (les Templiers, le premier voyage sur la Lune, Magellan) pour tous les réunir autour d'une seule et unique histoire. La présence de services secrets comme la NSA et le Mj-12 ajoute un petit côté complot à l'histoire, ce qui n'est pas plus mal. L'histoire, complexe, se dévoile petit à petit, laissant toutefois une part d'ombre. On obtient le fin mot de l'histoire dans les 50 dernières pages, quand le suspens est à son comble. J'en suis rester bouche bée. Bravo à Erik L'Homme pour cet intrigue à la fois très simple et très complexe, qui pourrait d'ailleurs être tout à fait réel, excepté quelques détails, si l'on y pense bien. Après tout, l'auteur se base sur des faits historiques...


J'aime toujours autant la plume du romancier. Il possède une écriture très visuelle, et ses descriptions sont toujours claires et précises. Il nous plonge dans la tête des quatre ados, arrivant à nous faire ressentir leurs émotions. J'espère pouvoir découvrir vite d'autres oeuvres d'Erik L'Homme, ne serait-ce que pour sa plume, qui est encore plus belle dans son livre "Le regard des princes à minuit".


La fin est ouverte, très ouverte. L'auteur ne nous donne aucune indication sur l'avenir des personnages. Tout, en fait, pour que notre imagination fasse le reste du travail, nous laissant imaginer toutes les suites possibles pour le jeune quatuor. Je me contente avec plaisir de cette fin. Je préfère laisser faire mon imaginaire plutôt que l'on me fixe des limites. Cette chute ajoute encore des questions, mais je ne me verrais pas lire un tome 4.


Ce dernier tome de la trilogie "Phaenomen" est encore une très belle réussite. Arthur s'affirme ici comme le leader de la petite troupe, tandis que Violaine devient énervante et arrogante. Cette dernière me laisse un goût amère en bouche, elle que j'adorais tellement dans les tomes précédents. La conclusion de l'histoire est apportée en beauté, laissant le lecteur hébété par ces révélations, si complexes et réalistes. Erik L'Homme arrive encore une fois à nous faire voyager, et ce grâce à sa superbe écriture très visuelle. La fin ouverte est un très bon point, qui laisse le lecteur s'imaginer toute sorte de scénario possible. J'aime énormément cette trilogie, qui restera longtemps dans ma mémoire, et que je vous recommande chaudement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article