Ce qui ne nous tue pas d'Antoine Dole, la critique

Publié le par victor

Ce qui ne nous tue pas d'Antoine Dole, la critique

Résumé : Lola en a marre. Elle en a marre de ces parents, des profs, du collège. Alors elle fuit. Dans sa fuite, son chemin croisera celui de Simone, une vieille femme seule depuis longtemps, très longtemps. Ces deux solitudes vont apprendre à se croiser, et à s'apprivoiser...


Introduction : Un roman rempli d'émotion, rythmé par une écriture sublime...


Commentaire : J'ai beaucoup entendu parler d'Antoine Dole, notamment pour ces romans publiés aux éditions Sarbacane. Quand je l'ai vu au livre à Metz, je n'ai pas hésité une seconde avant d'aller le voir. Et je ne suis pas déçu loin de là.


Nous faisons la rencontre de Lola, une jeune fille qui ne sait plus vraiment où elle en est dans sa vie. Ses parents s'engueulent tout le temps, les profs la considèrent comme la cancre de la classe, elle n'a pas de véritables amis. Alors elle fuit. Sur le chemin de sa fuite, elle rencontrera Simone, une vieille femme, seule depuis trop longtemps. Et de cette rencontre naîtra une amitié aussi forte qu'improbable. En effet, ces deux solitudes vont apprendre à se connaître, puis à s'apprivoiser, puis à s'aider. Lola est un personnage à la personnalité complexe, qui m'a fait passer par une grosse palette d'émotions différentes. J'ai eu envie de la prendre dans mes bras et de l'aider pendant quelques pages, puis de la gifler le chapitre d'après. Elle se fait toute petite à la maison, et se referme sur elle, créant ainsi une carapace pour ne pas entendre les disputes incessantes de ses parents. Au collège, tout cette douleur et ce malaise accumulés à cause de sa famille en perdition se transforment, la métamorphose en véritable cancre. Elle s'ouvre là encore très peu aux autres, et elle sait qu'elle sera exclue du collège dans peu de temps. Le lecteur ne peut que s'attacher à quelqu'un comme Lola. Une fille en perdition, qui ne demande qu'un peu de compagnie pour la sortir de sa solitude et de son mal-être. Simone est une vieille dame un peu folle, qui a quitté la réalité il a bien longtemps déjà. Elle a des trous de mémoires qui arrivent sans prévenir, et peu oublier tout, même qui elle est en une seconde. C'est auprès d'elle que Lola va comprendre qu'elle n'est plus seule, que des gens vivent la même chose qu'elle et qu'elle peut les aider. Certes, c'est une réflexion ultra égoïste qui moi aussi m'a fait lever les yeux au ciel, mais c'est déjà un premier pas de s'en rendre compte. La relation qu'entretiennent les deux femmes va les faire évoluer, et notamment Lola qui va acquérir une grande maturité et prendre conscience de pas mal de choses.


L'histoire est assez simple, on peut d'ailleurs se douter assez vite de la fin. Antoine Dole travaille beaucoup sur la psychologie de Lola, qu'il décrit à merveille. J'ai beaucoup aimé suivre les différents stades de la relation de Lola et Simone, de la méfiance à l'acceptation de l'autre. Comme je le disais, cette amitié va faire grandir Lola. Elle ressortira plus fort de l'appartement de Simone, et tout la colère qui l'habitait aura disparût. Je déteste la Lola froide qui est rentrée chez la vieille femme, mais j'adore la nouvelle Lola qui en sortira. Antoine Dole nous porte à réfléchir sur les relations familiales, sur l'acceptation de soi-même, sur beaucoup de thème différents et variés. C'est avant tout cette réflexion qui donne tout son intérêt à ce livre. Il permet de poser les bases d'un véritable débat sur tous ces sujets, et la fin ouverte y contribue grandement.


L'écriture. C'est pour moi le gros point positif de ce livre. Il fût un réel plaisir de lecture. Antoine Dole apporte encore plus de réflexion grâce à son écriture. Beaucoup de figures de styles, de métaphores, de personnification parsèment ces pages. Il possède une écriture qui regorge d'émotions, et il arrive à les retransmettre durant le récit. C'est ainsi un déluge d'émotions qui submergent nous submergent durant notre lecture. Le récit est construit d'une manière assez originale. En effet, l'auteur alterne les chapitres où Lola parle à la première personne, pendant la période qui précède sa fugue, et ceux à la troisième personne durant la période où l'adolescente est chez Simone. J'ai beaucoup aimé ce style narratif alterné, il permet une encore meilleure immersion dans la tête de Lola. Bravo à Antoine pour cette plume superbe, j'ai hâte de découvrir d'autres romans de cet auteur !


J'ai beaucoup aimé Ce qui ne nous tue pas. Malgré une Lola qui m'a parfois énervé, on ne peut que s'attacher à cette jeune fille un peu perdue dans sa vie. Simone est également une vieille dame que j'ai beaucoup appréciée et que j'aurais bien aimé aider. L'histoire est beaucoup basée sur la psychologie et l'évolution de Lola. La plume d'Antoine Dole est juste sublime, elle est remplie d'émotions. J'aimerais maintenant découvrir ses autres romans, publiés dans la collection Exprim'. Je vous recommande chaudement cette lecture qui permet une réelle réflexion sur de nombreux sujets comme les relations familiales ou l'adolescence.


Petit + : J'ai pu rencontrer Antoine Dole au livre à Metz de Metz (merci Victor). C'est une personne très sympathique et proche de ses lecteurs. Merci à lui pour sa dédicace et les quelques mots que nous avons pu échanger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LADY MARIANNE 16/07/2016 14:15

super de rencontrer les auteurs ! Metz fait plein de bonnes choses en " culture-
Metz où mon mari est né ! lol Montigny où il a vécu !!
merci pour ce bon ressenti !
bonne continuation !

victor 16/07/2016 14:18

Quel rapidité ! Oui, Metz est une bien belle ville ! Merci beaucoup pour votre commentaire !
Bonne continuation !