Service presse : La fille de Tchernobyl d'Aurélie Wellenstein, la critique

Publié le par victor

Service presse : La fille de Tchernobyl d'Aurélie Wellenstein, la critique

Résumé : Quand Lana se rend clandestinement sur la Zone Interdite, dix ans après le drame, elle ne sait pas que son chemin va croiser celui d'un cheval sauvage, libre sur la route. Elle ne sait pas non plus que cette rencontre va lui faire vivre une aventure incroyable...


Introduction : Un petit livre étonnant, qui vise à informer et à entretenir le souvenir de cette horrible catastrophe...


Commentaire : Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Magnard pour cet envoi !


Ce livre me tentait énormément, aussi bien pour son sujet que pour la réputation de son auteure. En effet, j'ai beaucoup entendu parler d'Aurélie Wellenstein ces derniers temps, notamment pour son roman Les Loups Chantants. Alors, quand je l'ai découvert en même temps qu'un autre service presse dans un colis Magnard, j'étais très heureux de l'avoir reçu, et il n'est pas resté longtemps dans ma PAL.

Voilà qu'elle jurait. Sa mère n'aurait pas été contente. Les rayons la traversaient. Le plutonium s'accrochait à ses cheveux et entrait dans ses poumons. Non, sa mère n'aurait pas été contente du tout.
Elle prit la fuite, titubant hors du cimetière, les yeux rougis. Dans sa main, la dosimètre claquait comme une mitraillette.

Aurélie Wellenstein, La fille de Tchernobyl

On retrouve Lana, une fille d'environ 15-16 ans. Réfugiée de la catastrophe, elle se fait introduire clandestinement sur la Zone pour rendre un hommage à son père. Mais son chemin croisera celui d'un jeune cheval libre. C'est le début d'une grande aventure pour elle qui pourrait se révéler plus dangereuse que prévue. Lana est une jeune fille courageuse, un peu naïve sur les bords. Je l'admire vraiment car je n'aurais jamais eu le courage de faire ce qu'elle a fait. Le fait qu'elle navigue entre le présent et ses souvenirs la rend encore plus proche du lecteur, comme si elle se confiait à nous.

D'un air morne, la jeune fille regarda autour d'elle la nature luxuriante. La mort coulait dans ces terres fertiles. Les racines des arbres, leur sève, l'eau des rivières, tout ici charriait sans un bruit la menace de l'atome devenu fou. Le lait, le blé, les framboises, les fraises de Tchernobyl avaient apportés leur lot de maladies, cancers, leucémies... Tout ça à cause des mensonges d'autorités frileuses ou cupides.

Aurélie Wellenstein, La fille de Tchernobyl

A travers ce livre, Aurélie Wellenstein explique, informe, dénonce parfois, la catastrophe et ses conséquences. L'historie est prenante, et ses multiples rebondissements inattendus ne sont pas pour me déplaire. Aurélie Wellenstein a réussi à me surprendre plus d'une fois, si bien que j'ai dévoré ce roman et que je l'ai fini en une heure. J'ai appris beaucoup de choses grâce à ce livre. En effet, je pense qu'il est surtout destiné à en apprendre plus aux plus jeunes sur la catastrophe. J'ai beaucoup apprécié la pointe de fantastique présente à la fin du livre.

Lana sentit un calme profond l'envahir. Elle se trouvait dans une ville fantôme, dévastée par une ancienne catastrophe nucléaire, mais des oiseaux pépiaient dans les branches. Des bourdons se déplaçaient paresseusement d'une pivoine à l'autre. Les fleurs embaumaient l'air chaud et doux. Assise sur ses talons, les bras autour de ses jambes repliées, elle ferma les yeux à moitié, et attendit.

Aurélie Wellenstein, La fille de Tchernobyl

J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Aurélie Wellenstein. Claire, sans déchet, visuel, il m'a agréablement surpris de part sa fluidité. Il n'y a pas trop de détails, on avance ainsi vite dans le récit. L'aventure et l'action sont omniprésentes, on ne perd pas le rythme à cause de descriptions trop longues. J'espère pouvoir découvrir d'autres livres de cette auteure à l'avenir.

La petite fille s'étrangla, renifla pour ravaler ses sanglots. Jamais sa mère n'avait menacé de la frapper. L'envie de pleurer devint insoutenable. Elle courut dans sa chambre et sortit le lapin de sa cage pour le serrer contre son cœur.

Aurélie Wellenstein, La fille de Tchernobyl

La fille de Tchernobyl m'a agréablement surpris. J'ai beaucoup apprécier ma lecture, même si ce n'est pas un coup de coeur. Lana est une jeune fille attachante dont je me suis senti proche, et ce grâce à ses souvenirs. Ce livre vise avant tout à informer et à dénoncer la catastrophe, et ce à travers l'histoire de Lana et des chevaux. L'écriture fluide et visuelle est pour moi le point fort du roman. A mettre dans les mains des jeunes de 8-12 ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LADY MARIANNE 26/07/2016 10:11

https://giselefayet.wordpress.com/2016/07/15/imagecitation-22/

bonjour Victor-
Imagecitation est chez Jazzy57 -Gisèle Fayet - du 57-

peut-être un peu long ton compte rendu--- sur les blogs ce n'est pas pareil - il faut faire plus court-
sinon les visiteurs ne lisent pas tout- résumer ---

merci pour tes visites chez moi-
pour mon jeu de dimanche le mot est aparithmese - je ne suis pas méritante je vais sur le net dans un dico de mots rares-
tu peux juste chercher des anagrammes et ne pas faire de texte-
bonne journée- bises-

victor 26/07/2016 21:32

J'essaie de faire le plus détaillé possible, pour que tout le monde sachent ce que j'ai aimé ou moins au maximum. Peut-être parles-tu des citations ? Merci pour ton retour et pour les liens je vais me renseigner.
C'est déjà beaucoup tout. Merci pour la réponse tu n'étais pas obligée^^. Je tenterais un texte dimanche ou des anagramme.
Bonne journée-bise.