Et je danse aussi d'Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, la critique

Publié le par victor

Et je danse aussi d'Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, la critique

Résumé : Pierre-Marie Sotto, un écrivain à succès reçoit un jour un mystérieux colis dans sa boîte aux lettres. Il ne se doute pas que derrière ce colis se cache Adeline Parmelan, une lectrice pas comme les autres. Bientôt, ils entament une correspondance par mail, qui va les rendre inséparables, du moins jusqu'à l'ouverture du colis...


Introduction : Une lecture fraîche, légère, idéal pour l'été...


Commentaire : Je tiens tout d'abord à remercier Anna et Audrey avec qui j'ai pu effectuer cette lecture commune (les liens sont en bas de la chronique).


J'adore Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat. Aucun de leur livres ne m'a jamais déçu. Quand j'ai vu qu'ils sortaient un roman écrit à quatre mains, j'ai sauté de joie, puis je me suis empressé d'aller l'acheter.


Dans ce livre, chacun des deux auteurs incarne un personnage. Jean-Claude Mourlevat Pierre-Marie. Anne-Laure Bondoux est Adeline Parmelan. Deux personnages complexes, aux multiples faces cachées et au passé assez dur. Touchants, Pierre-Marie et Adeline ont su me charmer au fil de ma lecture. J'ai beaucoup aimé suivre leurs échanges, et l'évolution de leur relation. Ils ont tous deux vécus des choses assez horribles, des drames à répétition parfois, mais ils gardent malgré tout leur sourire et leur bonne humeur au quotidien. On en sait finalement très peu sur chacun d'eux au début du bouquin. Mais leurs échanges vont petit à petit nous éclairer sur eux, leurs personnalités, leurs passés, leur activités... Ces échanges les rendent aussi plus réels, je trouve. On retrouve beaucoup de petites choses du quotidien dans leurs mails. J'ai souvent eu la sensation de pouvoir les croiser, au détour d'une rue, un jour, elle, brune, grosse, le sourire aux lèvres et le coeur sur la main, lui, le visage marqué, plongé dans ses pensées. Malgré le fait que ce livre soit une fiction, je pense que beaucoup de choses sont inspirées des auteurs.


J'ai beaucoup apprécié l'intervention de personnages secondaires, insufflés par Anne-Laure Bondoux pour la plupart (excepté Max, d'après eux dans une interview au site La Fringale Culturelle). Ils apportent une bouffée de fraicheur et d'humour, et j'ai beaucoup ri devant certains mails. Contrairement à d'autres romans, ces personnages sont vraiment essentiels à l'histoire, et ne sont pas là pour faire de la figuration.


D'après la plupart des critiques que j'ai pu lire, ce livre est positif, marrant, une véritable bouffée d'oxygène. Certes. Mais il ne faut pas oublier que derrière tout ça se cache pas mal de drames. En effet, les deux personnages ont vécu beaucoup de choses, et pas forcément que des moments de bonheur. Ce roman est très addictif, car le lecteur enchaine rebondissement sur rebondissement. La tournure que prend l'histoire m'a beaucoup surpris, car je ne pensais que le roman traiterait de l'amour ou plus précisément : Comment se remettre d'un chagrin amoureux ? L'imagination débordante de Jean-Claude Mourlevat et d'Anne-Laure Bondoux transforme la simple réception d'un colis en une histoire où les démons du passé ressurgissent, pour l'un comme pour l'autre. La principale révélation du roman fût pour moi une véritable surprise, je ne m'y attendais pas du tout. Je suis impressionné de voir comment les deux écrivains ont amené ça.


On voit que Mourlevat et Bondoux se sont amusés, au fil de l'écriture de ce livre. Comme ils l'expliquent d'ailleurs dans une interview, ce n'était pas prévu pour être un roman de base, juste un échange entre eux deux. Puis de fil en aiguille, Et je danse aussi a commencé à se former. Je ne sais pas vraiment comment vous parler de l'écriture. Parfois plus familière, parfois plus poétique, le ton employé est toujours le bon, il n'y a pas de fausses notes, les deux personnages sont ancrés dans ce siècle, et non dans celui des Lumières. Bravo aux deux auteurs pour cela.


Sans être un coup de coeur, Et je danse aussi est un très bonne lecture, je n'en attendais pas moins de Jean-Claude Mourlevat et d'Anne-Laure Bondoux. Après tout, une association comme celle-là ne peut que faire des étincelles, vous ne pensez pas ?

​Petit + : ​J'aimerais avoir votre avis : Mes chroniques sont-elles mieux avec ou sans citation ? Je ne pouvais en mettre dans celle-ci car je n'ai plus le livre en ma possession, mais j'aimerais avoir votre avis pour les prochaines à venir. Peut-être n'en mettrais-je que dans les romans coup de cœur ? A vous de me dire tout ça dans les commentaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quichottine 17/08/2016 12:00

Il m'arrive de parler de livres sans aucune citation, parfois je les trouve indispensables, pour permettre au lecteur de mieux se faire sa propre idée.
Mais, finalement, je préfère le plus souvent mettre des liens qui permettent de lire des extraits. Il y en a de plus en plus sur les sites de vente en ligne.
J'aime beaucoup ta façon de présenter ce livre. J'avoue que je n'ai rien lu de ces auteurs. :(
Passe une douce journée.

victor 31/08/2016 09:05

Ils sont à découvrir tous les deux ;)
Passe une belle journée
Merci à toi

Quichottine 30/08/2016 15:25

Pour le second que tu me conseilles, je l'ai noté dans ma liste de livres à lire après avoir lu ton billet à son sujet. :)
Merci.
Passe une douce soirée.

victor 17/08/2016 12:23

Merci pour ton avis et ton compliments ;) Je te conseille très fortement de lire Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux et Le combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat.
Passe une belle journée.

LADY MARIANNE 16/08/2016 09:21

contente de te lire à nouveau Victor-
un excellent ressenti; bravo pour tes chroniques-
les citations --- pas forcement- ou très peu à mon avis !
bonne continuation ! bisous-

victor 16/08/2016 11:14

Coucou Lady,
Merci pour ton retour et pour tes compliments !
Je suis également très content de pouvoir retourner sur ton blog !!
Bonne continuation-bisous-