Les lutins urbains : une saga fraîche et pétillante

Publié le par victor

Bonjour, comment ça va ? Si je vous retrouve aujourd'hui, c'est pour vous parler d'une saga que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps. Je tiens d'ailleurs à ce propos à remercier Romain Marhic qui m'a généreusement proposé de lire sa saga. Vous l'aurez peut-être compris, je vais vous parler des Lutins Urbains.

Les lutins urbains : une saga fraîche et pétillante
Les lutins urbains : une saga fraîche et pétillante

Résumé du tome 1 : On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité.
Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains !
Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’agaceries, tracasseries, et espiègleries…
Quel est donc cet inconnu qui s’en prend aux livreurs de pizzas, leur dérobant leur chargement sans jamais faire main-basse sur l’argent ?
Gustave Flicman, jeune policier de la Grosse Cité, croise un soir le voleur. Si ce n’est pas un lutin, ça y ressemble bien…
Mais voilà le coupable arrêté : c’était un simple SDF. Affaire réglée.
Pas pour Gustave ! Qui ne se doute pas que sa quête du Pizz’ Raptor va le mener jusqu’à l’Université d’Onirie. Là où les Lutins Urbains ont trouvé refuge. Sous la protection du mystérieux Professeur B., Docteur en Lu
tinologie...

Avec cette saga, l'auteur revisite le mythe des lutins : Ces derniers se sont urbanisés, c'est-à-dire qu'ils se sont habitués à la ville et aux humains...


J'ai vraiment apprécié les personnages mis en scène par Romain Marhic. Ils sont décalés, drôles, ce qui les rend attachants et leur donne un petit côté sympathique. Mais mes personnages préférés sont sans aucun doute les lutins comme Bug le Gnome, les lutins noirs ou encore le Troll. Ces petits personnages m'ont bien fait rire de part leur légèreté et leur particularité durant ma lecture. Ma déception concerne peut-être Loligoth et le professeur B. Ils sont effectivement le pilier des histoires au même titre que les lutins, mais ils interviennent beaucoup moins que ces derniers. J’espère qu'on les apercevra plus dans les prochains tomes.


Romain Marhic nous propose des histoires intrigantes et divertissantes (un voleur de pizzas dans le premier tome). Malgré l'aspect enfantin qui ressort des résumés, les romans contiennent quand même un récit fluide pas si simple que ça ainsi qu'une intrigue plutôt prenante. J'ai quand même une préférence pour le tome 3 sur ce point. L'intrigue en elle-même a beau être assez confuse, le dénouement est largement au-dessus de ce que j'avais pu lire dans le livre précédent. Beaucoup plus prenant, il prend une grande place dans l'histoire alors que dans Bug le Gnome, il ne prend qu'une dizaine de pages.


L'univers dans lequel évolue l'histoire est très léger et décalé : la Grosse Cité (Paris) où les marques au slogan un peu naze ont pris le pouvoir. Saupoudré le tout de personnages burlesques et de lutins urbains, et vous obtiendrez ce roman de fantasy pas comme les autres.
J'ai beaucoup aimé la manière dont Romain Marhic interagi avec le lecteur par ses Pssssit !. Il nous y propose pas mal d'informations plus ou moins utiles à l'évolution de son histoire, cela peut aller de quelques lignes à parfois plusieurs pages. Ce sont des moments de détentes qui m'ont parfois agacé (notamment dans le troisième opus, qui, vous l'aurez compris, est mon préféré) car ils coupent la dynamique de l'histoire.


En bref, Les Lutins Urbains est une saga de fantasy qui pourra ravir petit comme plus grand. Le mythe des lutins est très bien revisité, les personnages sont très décalés et sympathiques, les histoires sont drôles, l'auteur interagi directement avec le lecteur. Une saga que je recommande si vous avez envie de passer un petit moment de détente et de lecture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article